« Alliance(s) » : choisissez votre objectif !

La rétrospective 2023 du mois de janvier se termine avec une nouvelle série d’outils méthodologiques : les fiches ACTIONS du faire alliance. En fonction de son objectif prioritaire, elles permettent de se fixer des modalités cohérentes avec ses besoins et celles de son écosystème.

Alors que le mot « co-construction » est devenu courant, la pratique est plus complexe ; plus encore lorsqu’il s’agit de répondre de manière pertinente à nos enjeux communs de transitions. Que faire lorsqu’il est impossible de connaitre avec précision le chemin pour parvenir à son objectif ? C’est alors que le « faire alliance » devient un levier stratégique puissant : faire ensemble ce qu’aucun ne peut réussir seul en mobilisant toutes les énergies dans leur diversité. C’est le sens du 17ème Objectif de Développement Durable.

Si ce « moyen » a été érigé en « Objectif » en 2015 au moment de l’élaboration de l’Agenda 2030, c’est parce qu’il exige un changement profond d’approche. La conduite du changement pour garantir la cohérence des actions et la cohésion des acteurs est loin d’être triviale. En cette année où la moitié de l’humanité sera appelée à voter, l’actualité nous le rappelle tous les jours…

Après 17 ans de recherche empirique, le livre « Commun(s) » : discours de la méthode propose un chemin pour (ré)inventer ensemble des solutions à la hauteur de nos défis communs. Quatre étape sont nécessaires pour faire le « Pari de la confiance ». La première est d’ouvrir un « dialogue en confiance », la deuxième d’élaborer une « sémantique en commun », la troisième des « méthodes repères » qui tiennent compte de la diversité des situations, et la quatrième une « infrastructure des communs ».

Les mots pour le dire…

Tout au long du mois de janvier, les « Jeudis de l’ODD 17 » ont fait la rétrospective des avancées 2023 autour de 4 « maitre-mots » au cœur de notre capacité à Agir ensemble : « Jeune(s) », « Territoire(s), « Valeur(s) » et « Trajectoire(s) ».

Commencer par « Jeune(s) » rappelle l’urgence de valoriser les pratiques d’engagement de la jeunesse, d’en comprendre la diversité et de construire AVEC eux – et non pour eux – notre Avenir en « Commun(s) ». Le dossier JURIS Associations « L’engagement territorial : la jeunesse est dans la place » nous en a fait un Récit inspirant.

Ensuite, éclairer la place du « Territoire(s) » est une condition sine qua non pour comprendre le rôle pivot de ces lieux d’incarnation de « l’intérêt général à portée de main » et d’expérimentation d’une réelle capacité d’ancrage des transitions. La cahier de recherche « ODD 17 : Economie(s) & Territoire(s) » publié le 21 décembre dernier par l’Institut pour la Recherche de la Caisse des Dépôts nous en fait une pédagogie active.

Pour en mesurer l’importance, il est utile de clarifier la notion de « Valeur(s) ». « L’équilibre de la maison » que constitue le modèle socio-économique de toute organisation, publique et privée, est la condition sine qua non pour être en capacité d’Agir. Devenues le 3ème levier incontournable de tout modèle, aux côtés des richesses humaines et des ressources financières, les alliances stratégiques permettent d’équilibrer son action et de mieux l’articuler à celle des autres acteurs de son écosystème. Après 15 ans de cheminement en « Commun(s) », le rapport intermédiaire « Vers de nouveaux modèles socio-économiques » invite à valoriser les modèles d’intérêt général dont nous avions collectivement oublié la valeur spécifique pour faire le(s) lien(s) « entre tous ».

Alors, pour être en capacité de se projeter « en confiance », il est indispensable de définir nos « Trajectoire(s) » individuelle(s) et collective(s). Sur la base des résultats de l’étude d’impact du faire alliance en France, la démarche « Intérêt général 2050 » nous propose une « matrice des trajectoires » qui permet d’Agir ensemble à trois temporalités : 18 mois pour sécuriser la performance de chacun au travers d’un équilibre socio-économique cohérent, 7 ans pour inventer ensemble les solutions durables dans le cadre de l’Agenda 2030, et 28 ans pour (ré)inventer notre imaginaire collectif en confiance. C’est l’articulation des barycentres de chacun, en fonction de son profil et de ses spécificités, qui permettra un équilibre « entre tous ». Ce (nouveau) « contrat social » dépasse le simple « vivre ensemble » pour (re)trouver les « Liens Communs » au travers de nos différences pour « faire Société ».

En synthèse de ce cheminement, l’étude exploratoire « Jeunes & Territoires 2050 » a été publiée le 24 janvier à l’occasion de la 6ème Journée Mondiale de l’Education. Fort des résultats précédents, elle nous invite à « Apprendre à faire alliance » (voir synthèse de l’étude, rapport et espace de capitalisation des différentes publications).

Les méthodes et outils pour le faire…

Si les mots pour le dire sont maintenant éclairés, pouvons-nous affirmer que les outils pour le faire sont disponibles à tous ? Là encore, le cheminement collectif réalisé en 2023 permet d’y répondre favorablement.

Après avoir publié le cahier de recherche « ODD 17 : les leviers d’un changement systémique », note conclusive de l’étude d’impact 2018-2022, la publication des fiches ACTEURS du faire alliance a éclairé la manière dont les collectivités territoriales, entreprises, associations et fondations pratiquaient les démarches d’alliance d’intérêt général.

La boussole de l’ODD 17, la démarche M.E.D.O.C. et le mode opératoire pour élaborer son parcours d’usage à partir de la capitalisation partagée ont ensuite jalonné le cheminement de l’année 2023. Totalement actualisée, la méthode « Coopérer efficacement » a été l’occasion de croiser les regards pour permettre à chacun de se positionner.

En cette fin janvier 2024, une nouvelle étape est franchie : les fiches ACTIONS, publiées aujourd’hui, permettent à chacun de choisir l’angle prioritaire pour faire alliance. Concilier performance et engagement, hybrider un modèle socio-économique, accélérer l’innovation sociétale ou co-construire un Projet de territoire … Selon votre objectif, découvrez celle qui vous correspond le mieux !

Et après, les dispositifs des « Commun(s) » pour aller plus loin…

L’année 2024 sera donc l’occasion d’accélérer les dynamiques d’alliance au plus près des besoins, des réalités de terrain et des envies d’engagement.

Maintenant que la polyphonie des mots est clarifiée, et que les méthodes issues des pratiques pionnières sont partagées, il est pertinent de déployer les dispositifs en « Commun(s) » qui faciliteront les coopérations au service des transitions.

Que ce soient la Fondation des Territoires et le Réseau des catalyseurs territoriaux sur les compétences, le Fonds ODD 17 sur le financement et l’investissement dans l’ingénierie d’alliance ou l’Observatoire des partenariats sur la connaissance de la variété des pratiques, l’enjeu est aujourd’hui de les rendre accessibles par tous, pour tous et partout. Vaste chantier, certes, mais l’est-il moins que les deux premiers qui s’achèvent aujourd’hui ?